Le Gouvernement Mauritanien consacre 0,8% du total de ses dépenses annuelles au climat

Le Gouvernement Mauritanien consacre 0,8% du total de ses dépenses annuelles au climat

Le changement climatique a aggravé la désertification en Mauritanie laquelle a un impact négatif sur l'économie nationale et sur la pauvreté, particulièrement pour les groupes les plus vulnérables. La forte pression sur les ressources naturelles, associées à la mauvaise gouvernance de l'environnement et du climat, entrave la réalisation des objectifs de développement. Dans ce contexte, accorder plus investissements dans des mesures d'atténuation et d’adaptation au changement climatique constitue un instrument fondamental pour réduire la pauvreté et assurer un environnement durable.

Le gouvernement Mauritanien reconnaît les défis liés au changement climatique et a investi, ces dernières années, dans divers programmes publiques pour lutter contre ce fléau. C’est le cas notamment de grands projets de ceinture verte, pour protéger la ville de Nouakchott contre l’envahissement par les dunes de sable et l’avancée de la mer. C’est également le cas de l’élaboration de l’agenda 21, pour certaines localités, afin de favoriser le développement local.

Sur la base de la revue des dépenses publiques dans le domaine de l’environnement en Mauritanie, élaborée en 2012 et 2013, le gouvernement Mauritanien a entrepris en 2015, avec le soutien de l'Initiative Pauvreté Environnement PNUD-PNUE, une revue des dépenses publiques dans le domaine des changements climatiques (RDP_cc).

Cette revue a été effectuée sur la base d’une analyse des dépenses publiques pour la période 2008-2014. Cet examen a révélé que les dépenses publiques en matière de changement climatique pour la période analysée sont restées relativement faibles avec une moyenne annuelle de 0,8% des dépenses totales de l’Etat (comparativement à 3,4% pour l'énergie fossile). Les dépenses publiques en changement climatique ont culminé à 10,5 milliards d'ouguiya (3,4 millions USD) en 2012 par rapport à 51 millions d'ouguiyas en 2008 (USD 175 000).

Le but de cette revue est d’attirer l'attention des principaux décideurs sur le fait que l'augmentation des investissements publics est nécessaire pour améliorer la résilience de la Mauritanie et de sa population au changement climatique.

L'étude fournit des recommandations qui permettront au Gouvernement, une fois appliquées, d’améliorer les investissements sur les changements climatiques et le suivi des dépenses à travers l’amélioration de l'efficacité des dépenses, l'introduction d'un code budgétaire spécifique au changement climatique, dans la comptabilité nationale et de mobiliser des ressources provenant de sources nationales et internationales pour lutter contre le changement climatique. L'étude recommande en outre une meilleure intégration du changement climatique dans les processus politiques, de planification et de budgétisation pour améliorer la gouvernance de l’adaptation au changement climatique.